Déneigement toujours en attente à l'Anse-à-Benjamin - Villages de pêche blanche
Réserver

Déneigement toujours en attente à l’Anse-à-Benjamin

14 janvier 2022

Les résultats des mesures de glace reçus le 14 janvier indiquent une moyenne de 10,5 pouces à l'Anse-à-Benjamin. Toutefois, il y a malheureusement 36 mesures en bas de 10 pouces, réparties sur le village. Par mesure de précaution, le déneigement n'est pas autorisé pour l'instant.

2 prises de mesures envisagées par village la semaine prochaine

Contact Nature travaille pour la communauté de pêcheurs et a également très hâte à l'installation des cabanettes sur les villages. Nous envisageons donc 2 prises de mesures par village de la semaine prochaine. Une première prise de mesure sur les deux villages aurait lieu lundi et mardi. Si l’épaisseur de 10 pouces pour le déneigement est atteinte, une deuxième prise de mesures serait effectuée jeudi et vendredi.
Nous espérons que les basses températures annoncées porteront leurs fruits!

Comment est-ce possible que la glace ait si peu épaissi avec les grands froids des jours précédents?

Il faut savoir que la glace épaissit par en dessous. Alors, même avec de grands froids, une étendue d'eau prend beaucoup de temps pour se refroidir. Une fois que l'eau a subi cette baisse majeure de température, la glace peut épaissir d'un à deux pouces par jour avec de grands froids extérieurs. En ce moment, l'eau du Saguenay est probablement toujours en train de se refroidir, ce qui expliquerait pourquoi la glace épaissit lentement en ce moment, malgré les grands froids extérieurs.

Le chercheur de Pêches et Océans Canada, Peter Galbraith, explique le phénomène ainsi :

« Il faut considérer que les eaux du Saint-Laurent n'ont jamais été aussi chaudes en plus de 100 ans.

Si c’était simplement une couche d’eau de quelques mètres qui était 1 degré trop chaud pour geler, il suffirait seulement d’une nuit à -15 degrés Celsius et la glace commencerait à se former, mais on parle plutôt d’une couche de 75 mètres qui doit être refroidie.

[Par exemple] Pour permettre un couvert de glace qui couvrirait la totalité du golfe Saint-Laurent, il faut que les mois de décembre, janvier, février et mars aient des températures froides. », affirme monsieur Galbraith. Source

Source du graphique : Secrétariat canadien de consultation scientifique (SCCS), 2021

Retour à la liste de nouvelles