Une étude d’envergure sur la Rivière-à-Mars - Contact Nature
Contact Nature Rivière-à-Mars Centre plein air Bec-Scie Villages de pêche blanche Okwari aventures Camping Au jardin de mon père

Une étude d’envergure sur la Rivière-à-Mars

16 juin 2019

Contact Nature entreprend un projet de recherche d’envergure sur la Rivière-à-Mars. Cette étude d’environ 90 000 $, qui sera réalisée dans le cadre d’un projet de maîtrise en ressources renouvelables de l’UQAC, tombe à point en ce Mois de l’eau. Chaque année, nous devons effectuer des travaux sur la Rivière-à-Mars pour tenter de favoriser la création et le maintien d’habitats naturels. Comme la rivière subit encore les effets du déluge de 1996, ces travaux n’atteignent pas les résultats escomptés et nécessitent des investissements économiques récurrents.

Afin d’orienter nos futurs travaux de réhabilitation du cours d’eau, il est essentiel de connaître plus précisément le comportement de la rivière. Le projet de recherche, dirigé par Maxime Boivin, professeur en géographie et hydrogéomorphologie fluviale à l’UQAC, a donc pour objectif d’analyser l’évolution de la Rivière-à-Mars et de caractériser sa dynamique sédimentaire. Le projet se déroulera sur trois ans et un suivi annuel sera effectué par la suite.

Ces informations seront utilisées pour cibler des secteurs où des enrochements pourraient être démantelés afin de favoriser les processus de restauration naturels de la rivière et le renouvellement d’habitats fauniques. Comme nous travaillons depuis plus de 30 ans à protéger le milieu naturel et faunique de la Rivière-à-Mars, nous avons confiance que ce projet apportera des résultats concrets et durables. Toute l'équipe se réjouit de ce partenariat avec le professeur Maxime Boivin et l’équipe de recherche de l’UQAC.

Aide financière de plusieurs partenaires

Afin de réaliser ce projet de recherche innovant qui permettra de favoriser et de pérenniser l’habitat naturel du saumon atlantique et de la truite de mer, Contact Nature a obtenu l’aide financière de la part de plusieurs partenaires. La Fondation pour la conservation du saumon atlantique investit un montant de 31 500 $, le Mitacs un montant de 30 000 $ et la Fondation de la faune du Québec un montant de 14 000 $.

Retour à la liste de nouvelles